étude géotechnique

Quelques missions connaitre d’un technicien en étude géotechnique

Pour les constructions, passer par une étude géotechnique est must pour la stabilité de l’implantation. Pour cela, l’expert exécute plusieurs missions que nous allons connaitre quelques-uns dans ce présent texte.

Examens préliminaires :

  • Pour le choix du site, le concept de conception et l’avant-projet d’un ouvrage
  • Objectifs de la reconnaissance
  • Désignation pétrographique et stratigraphique des formations géologiques en présence Détermination de la position des couches géotechniques en présence
  • Détermination des propriétés géotechniques des différentes couches, reconnaissables à l’œil nu Prélèvement d’échantillons de roche pour le contrôle des constatations sur le chantier, pour la documentation, pour des essais géotechniques en laboratoire et pour des analyses chimiques (pour déterminer une éventuelle contamination).
  • Détermination approximative des conditions des eaux souterraines Détermination des caractéristiques des eaux souterraines à l’œil nu et par des essais simples.

Étendue de la reconnaissance du sous-sol

Le type et l’étendue des reconnaissances du sous-sol doivent être adaptés en fonction :des connaissances actuelles du sous-sol de la complexité du sous-sol et de la taille du projet de construction prévu, des charges et des exigences spéciales. Le programme d’exploration doit être flexible. Les méthodes d’exploration peuvent être divisées en méthodes directes et méthodes indirectes. Procédés d’exploration géophysique : géosismique, géodynamique, géoélectrique, géomagnétique, gravimétrique, géothermique, géohydrothermique etnucléaire.

Les valeurs indicatives pour les distances nécessaires entre les excavations directes peuvent être les suivantes :

Pour les ouvrages simples ou ceux dont la surface au sol est petite et qui sont associés à des conditions de sous-sol simples, au moins une excavation directe pour les bâtiments et les constructions industrielles, une distance de quadrillage de m pour les ouvrages de grande surface, une distance de quadrillage ne dépassant pas 60 m pour les ouvrages linéaires (voies de communication terrestres, voies navigables, conduites, digues, tunnels, murs de soutènement), entre 50 et 200 m, pour les ouvrages spéciaux (par ex. p. ex. ponts, cheminées, fondations de machines) deux à quatre excavations par fondation. env. 25 m env. 25 m Disposition des forages pour l’ouverture du sous-sol. Cliquez ici pour plus de détails.

Profondeurs d’excavation nécessaires :

  • Forage principal
  • Forage complémentaire
  • Sondage par battage ou par pression
  • dalle,
  • fondation unique,
  • ouvrage avec plusieurs corps de fondation,
  • fondation sur pieux

Documents existants :

  • Anciennes cartes et anciens documents
  • Photographies aériennes
  • Cartes géologiques
  • Cartes géohydrologiques
  • Cartes géologiques d’ingénierie
  • Cartes géosismiques
  • Cartes géophysiques
  • Cartes minières
  • Cartes des remblais, des anciennes décharges et des anciens sites pollués, notamment à proximité des villes et des sites industriels
  • Cartes couvertes, par rapport à un niveau situé approximativement à 2 ou 3 m sous le terrain.

Visite du terrain

  • Points de vue géologiques hydrologiques civilisationnels à observer
  • Affleurements naturels et artificiels, pierres de lecture
  • Végétation, croissance des arbres sur les pentes Forme du terrain : terrasses, décrochements et bombements du terrain
  • Dépressions dans le terrain (dolines) Cours d’eau, végétation permanente ou temporaire Sources Zones humides
  • Conduites
  • Type et fondation des constructions voisines
  • Travaux de construction dans les environs ou leur préparation.

Dégagement de la roche

Les forages sont réalisés dans les buts suivants :

Reconnaissance du sous-sol (forages de reconnaissance ou d’exploration), assurance qualité, comme par exemple pour les barrages, les murs de soutènement, la superstructure des routes (forages de contrôle), fabrication d’éléments de construction dans le sous-sol, comme par ex. pieux (forage de pieux), parois moulées (forage de parois moulées), ancrages (forage d’ancrage), injections (forage d’injection)

Réalisation de cavités dans le sous-sol, par ex. puits, gaines, galeries, tunnels Dans le cadre de la construction, les explorations du sous-sol – à l’exception des travaux souterrains – ont généralement lieu jusqu’à des profondeurs maximales de mètres.

Forage manuel et mécanique

Le forage manuel à l’aide de petits engins est utilisé jusqu’à une profondeur d’environ 5 mètres. Dans le cas du forage mécanique, l’appareil de forage se compose des éléments suivants : Tour ou bâti de forage, chariot de forage avec train de roulement à chenilles ou à roues et un affût Outil de forage et de manutention Câble de forage, tiges de forage, tube de forage Bâti de forage pour un forage à percussion 18

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.